Bienvenue sur le site de la Communauté des frères de Saint-Jean

Vie de prière


Voulant vivre de la paternité de saint Jean, nous voulons l’imiter dans sa contemplation du Christ, et pour cela devenir des hommes de prière. « Les frères de Saint-Jean recherchent donc une union de plus en plus profonde, personnelle et communautaire avec le Christ (..) pour conformer les intentions de leur cœur à celles du cœur de Jésus. » (Règle de vie)

C’est pourquoi nos constitutions précisent : « la soif de contemplation des mystères divins et l'union la plus intime à la Très Sainte Trinité dans la prière silencieuse est la première et principale exigence de chacun des frères ».

Notre vie de prière prend des formes différentes au cours de la journée. Nous commençons chaque journée par l’oraison silencieuse communautaire et la psalmodie de la liturgie des Heures, qui se poursuit tout au long du jour. La célébration de la sainte messe est le sommet de notre journée et nous aimons la poursuivre par un temps d’action de grâce en silence ; chaque frère aime aussi à réciter quotidiennement le chapelet, et à demeurer constamment dans une attitude intérieure d’oraison. Tous les après-midis les frères se retrouvent pour 1 heure d’adoration eucharistique silencieuse. 

 

Nous voulons vivre notre vie de prière à la suite de saint Jean qui reposa sa tête contre le coeur de Jésus lors de la dernière Cène où le Seigneur institua l'Eucharistie : «L'Eucharistie, silence d'amour de Dieu qui se donne à chacun de nous et à nous tous, ne peut être reçue que dans une foi brûlante d'amour, toute tendue vers le retour du Christ. C'est pourquoi, pour répondre à ce don de Jésus, les frères auront une vie de prière intérieure silencieuse s'accomplissant dans le cœur de Marie, véritable milieu de leur vie d'oraison. Ils se rappelleront toujours ce que Saint Jean  dit des noces de Cana : "la mère de Jésus y était", et ce que dit saint Thomas en commentant ce passage de l'Évangile : "aux noces spirituelles, la Mère de Jésus (...) est présente comme conseillère car c'est par son intercession que nous sommes unis au Christ par la grâce - en moi est toute espérance de vie et de force". Ils demanderont à Marie de purifier de plus en plus leur cœur, leur imagination, leur sensibilité, pour que tout en eux soit vraiment consacré au Père et qu'ils soient ainsi "le temple du Dieu vivant", "le temple du Saint-Esprit"» (Règle de vie).


Questions au Père M.D. Philippe

  • Qu'est-ce que la prière ?

La prière est d'abord celle de tous les hommes. Nous sommes tous de la même famille, ayant le même Père qui " fait lever son soleil sur les méchants et sur les bons" (Mat 5,45). 
Dès qu'ils comprennent un peu ce qu'est Dieu, les hommes l'adorent et lui confient toutes leurs difficultés, leurs désirs et leurs appels les plus profonds, qui sont souvent inexprimables comme les gémissements de l'Esprit Saint (cf. Rm 8,26).

  • Comment cette prière devient-elle chrétienne ?

Jésus nous dit: "demandez et l'on vous donnera; cherchez et vous trouverez; frappez et l'on vous ouvrira" (Mt 7,7). Il veut qu'il y ait dans notre cœur une prière incessante pour tout ce qui touche à notre vie. Il désire que tout lui soit offert et que nous lui demandions constamment son aide puisque lui-même nous a dits : "hors de moi vous ne pouvez rien faire" (Jean 15,5). La prière accompagne et enveloppe notre vie chrétienne pour maintenir en nous la présence de Jésus.

Jésus lui-même nous le fait comprendre lorsque les disciples lui demandent comment prier : il prend le "Notre Père", c'est très fort comme expression ; Jésus ne répond pas : vous direz "Père", il dit "Notre Père" (Mt 6,9).
Autrement dit, Jésus veut que tout de suite notre regard sur Dieu accompagne le sien. Nous ne pouvons pas prier sans lui, comme un petit enfant ne peut prier sans la présence constante de sa mère, qui l'aide à se remettre en présence de Dieu. Cette présence, nous la vivons dans l'intensité de la foi et de l'espérance mais surtout dans l'amour.

  • Quel type de liturgie avez-vous?

La prière liturgique de la communauté veut rester une liturgie monastique. 
Cependant, à cause des exigences de la vie apostolique - et, dans les maisons de formation, à cause de la préparation à cette vie apostolique par le travail philosophique et théologique -, sa célébration commune est allégée pour que soit donné plus de temps à la vie d'oraison en commun. Cette vie de prière des frères est centrée sur l'Eucharistie,"silence d'amour de Dieu qui se donne à chacun et à tous" (Règle de vie), qu'ils veulent recevoir dans une foi brûlante d'amour.
Les frères recherchent une liturgie sobre et belle, dans laquelle puisse se manifester la présence simple et pauvre du Christ parmi eux.

  • Qu'est-ce que l'oraison?

Toute prière chrétienne est une élévation de notre âme vers Jésus, pour être attiré par lui. Mais cela peut prendre des formes extrêmement diverses, depuis la simple prière de demande jusqu'au désir ardent que l'amour du Christ prenne possession complète de notre cœur.

Je crois que le cri de soif du Christ (Jn 19,28) exprime bien cette prière suprême du cœur de l'homme qui veut rejoindre son Père, sa source. Dans le prolongement de la prière de demande, il y a aussi la prière de louange, d'action de grâce. Jusqu'à cette prière toute intérieure de l'ami qui retrouve son ami et lui confie ses secrets, ses peines et ses difficultés. Cette confiance absolue le conduit à tout accepter et tout attendre de quelqu'un qui est plus qu'un ami étant la source de tout ami. Cette prière intérieure, ce contact direct de l'âme avec Jésus, s'appelle l'oraison. Saint Thomas d'Aquin n'hésite pas à décrire l'oraison comme les noces de l'âme avec Jésus. C'est une très grande intimité avec l'ami qui nous a choisis; et l'on répond à son appel, à son amour. La prière devient alors - dans la foi - un exercice très simple de l'amour et de l'amitié qui nous lie au cœur du Christ. C'est notre cœur qui veut vivre du cœur du Christ, de son amour pour le Père, pour l'Esprit Saint, pour Marie et pour tous ceux que la Providence a mis tout proche de nous.

  • Où se situe la prière du religieux?

La prière du religieux, de celui qui s'est consacré totalement à Dieu, sera une prière intérieure, profonde. Mais cela n'est pas réservé au moine : des chrétiens dans le monde vivent de l'oraison et même plus que certains moines. Les modalités de la prière ne se prennent donc pas dans la différence d'état entre laïcs et religieux. La vie divine en chacun de nous - vie de foi, d'espérance et d'amour -, en se développant, nous intériorise de plus en plus parce qu'elle nous met de plus en plus en présence de Jésus. Et cette présence de Jésus est pour nous capitale: le sens vrai de la prière est de retrouver le cœur du Christ, et de demeurer auprès de lui, pour vivre de lui.

Une communauté religieuse vit aussi de la prière liturgique, louange chantée à travers les psaumes que les moines récitent régulièrement. Ils portent ainsi toute l'humanité à Jésus afin qu'elle s'approche de son Dieu, de son Père, de son Sauveur et qu'elle le reconnaisse comme tel publiquement.

  • Quelle est la prière que veulent vivre les frères et les sœurs de Saint-Jean?

C'est la prière de tous ceux qui demandent à Saint Jean d'être leur père et qui veulent aller jusqu'au bout dans cette fidélité de l'amour que Jean nous montre dans son évangile : pendant la Cène, Jésus prend Jean tout proche de lui (Jean 13,23). Jean peut, avec la plus grande simplicité, dans cette familiarité divine, reposer sa tête auprès du cœur de Jésus.

On voit bien ce que cela représente profondément : l'intimité avec le Christ qui nous met un peu en dehors du temps en nous faisant toucher, dans la prière, l'amour éternel du Fils pour le Père.