Bienvenue sur le site de la Communauté des frères de Saint-Jean

Vie d'étude

 

Toute leur vie durant, les frères s’efforcent de rechercher la vérité. Leur contemplation de Dieu doit en permanence être nourrie de cette recherche. En conséquence, ils ont une vie d’étude, principalement en philosophie et en théologie.

Cette vie d’étude fait partie intégrante de leur consécration au Christ. En effet, celui-ci se présente lui-même dans l’Évangile de saint Jean comme « la Vérité » (Jn 14, 6). De plus, Jésus a prié pour tous ses disciples, afin qu’ils soient « consacrés dans la vérité » (Jn 17,17-19). Les frères reçoivent cette prière du Christ comme une incitation forte à inscrire leur travail philosophique et théologique au cœur de leur vie religieuse.

Ainsi, de plus en plus, les frères peuvent mettre leur intelligence au service du Christ et de l’évangélisation. 

Notre formation se fait à l’école des « trois Sagesses », philosophique, théologique et mystique. Cette notion des trois Sagesses provient de saint Thomas d’Aquin. Notre fondateur, le père Marie-Dominique PHILIPPE, l’affectionnait particulièrement. Récemment, elle a été reprise par le Magistère du pape Jean-Paul II, dans l’encyclique Fides et Ratio (n° 44) 

Pour que soit toujours maintenue cette exigence que constitue l'approfondissement des trois Sagesses, la communauté a fondé l'École Saint-Jean, où cet enseignement est offert à tous ceux qui désirent le recevoir.

La sagesse philosophique

     La formation des frères inclut fondamentalement une recherche philosophique. Cette recherche porte essentiellement sur ce qu'est la personne humaine et sur les finalités de celle-ci. L’effort philosophique doit s’accomplir par la découverte et la contemplation philosophiques de Dieu. Aujourd’hui, il est devenu particulièrement crucial de réaffirmer la capacité de l’intelligence humaine à découvrir l’existence de Dieu. La formation philosophique des frères de Saint-Jean est fondée sur l’étude de l’expérience humaine, dans toutes ses dimensions. Elle se fait dans la ligne de la philosophie réaliste d’Aristote. Elle s’ouvre aux grands courants de pensée qui ont traversé l’histoire de l’humanité, de l’Antiquité aux recherches les plus contemporaines. Enfin, cette formation ne néglige pas les grands problèmes actuels qui se posent au chrétien aujourd’hui. Toutes sortes d'idéologies, souvent athées, empêchent trop souvent l’intelligence de la personne humaine d'être au service de l’amour de Dieu.

Un tel effort de formation philosophique permet l'ouverture au monde souhaitée par le Concile Vatican II. Les frères veulent pouvoir dialoguer avec tous, y compris des non-croyants, dans leur recherche de la vérité.

Voilà pourquoi les frères commencent leurs études par quatre années de philosophie. Ces quatre années comportent aussi un début de formation théologique.

La sagesse théologique

 

Pour les frères, la recherche philosophique est elle-même au service d'une formation théologique. Cette formation se différencie de la philosophie en s’élaborant à partir de la foi chrétienne.

Dans leur formation théologique, les frères désirent de mieux en mieux connaître la Parole de Dieu, dans sa plus grande profondeur. En retour, cette exploration de la Parole divine nourrit la recherche théologique. Selon la belle expression du Concile Vatican II que les frères font leur, «que l’étude de la Sainte Ecriture soit donc pour la sacrée théologie comme son âme » (Dei Verbum, 24).

Cette vie d’étude théologique se poursuit dans une entière fidélité à la tradition de l’Église, à travers l’étude des Pères et de saint Thomas d'Aquin, jusqu’aux grands théologiens d’aujourd’hui. La théologie nous aide beaucoup dans l’évangélisation, pour transmettre la Parole de Dieu avec intelligence et répondre avec précision aux interrogations des hommes sur la foi.

 
 

La sagesse mystique

La sagesse mystique n’est autre que le don du Saint-Esprit. A la différence des deux autres sagesses, philosophique et théologique, elle n’est pas acquise par le travail intellectuel mais directement donnée par le Saint-Esprit : « je te rends grâce, Père, d’avoir caché cela aux sages et aux savants, et de l’avoir révélé aux tout-petits » (Mt 11,25).

Mû par cette sagesse, chacun peut découvrir l’amour du Père pour lui et goûter comme est bon le Seigneur. Cette connaissance mystique représente la sagesse la plus élevée qu’il est possible d’atteindre sur terre. C’est pourquoi nous la demandons sans cesse pour nous et pour tous ceux que nous rencontrons.